Bébé est propre: l’apprentissage de l’hygiène

PARTAGER

Du haut de ses trois premières années, apprendre n’a plus de secrets pour bébé. Il a déjà appris à marcher, premier pas vers l’autonomie. Il a ensuite appris à manger tout seul, à parler. Un autre apprentissage de taille s’ouvre à lui, celui de la propreté.

Bébé apprend la propreté: le début de l’autonomie

L’apprentissage de l’autonomie passe par celui de l’hygiène. Bébé doit apprendre à prendre soin de son corps par lui-même. Quand on sait que près de 90% des français ne se lavent pas les mains avant de prendre leur repas, on comprend à quel point il est primordial de commencer cet apprentissage dès le plus jeune âge.

Mais qu’est-ce donc que cette hygiène, comment, quand et par où commencer ? Comment transformer celle-ci en automatisme ? L’hygiène, c’est la toilette quotidienne. Toutes les parties du corps sans exception. De la tête aux pieds, aucune partie ne doit être exemptée de sa toilette. Depuis sa naissance, ses bains quotidiens lui ont permis de se protéger des diverses bactéries qui l’entourent mais aussi et surtout de faire de ce moment un moment de détente, voire de jeu. Bébé s’en est donc imprégné en tant que tel, et enregistré la toilette comme pratique journalière.

Une fois plus grand, le meilleur moyen de lui faire apprécier ce moment c’est de lui amener de manière ludique. Faire du bain un vrai moment de jeu et de bonheur l’aidera à ne pas être rebuté par l’heure du bain. Avant quatre ans, il est encore difficile pour lui de se laver tout seul, mais c’est le moment idéal pour l’accompagner dans cette apprentissage. On pourra alors lui expliquer quelles sont les parties de son corps au fur et à mesure qu’on les lui lave. Friand de connaissance, il transformera le bain en prémices de cours d’anatomie. Il se peut que la tâche se complique lorsque l’on en arrive aux cheveux. En effet, les enfants apprécient très rarement d’avoir de l’eau dans les yeux, pire lorsque celle-ci est accompagnée de shampoing. Il faudra donc faire attention à ce qu’ils n’asperge pas ses yeux, en lui expliquant qu’il risque de se piquer les yeux et de bien mettre la tête en arrière.

Entre 4 et 5 ans, l’enfant peut commencer à se laver tout seul, sous le regard attentif de ses parents. Ils devront rester très vigilants pour éviter toute brulure avec une eau trop chaude, ou glissade dans la baignoire.

On se lave les mains, les mains et encore les mains

Les mimines potelées et leurs petits ongles sont les cibles principales des microbes. D’autant plus celles des enfants qui savourent leurs premières aventures avec leur sens du toucher, et explore le monde qui les entoure. Se laver les mains doit devenir un automatisme aussi bien pour les parents que pour les enfants. En effet, il ne faut pas oublier que les parents restent les premiers modèles pour ces explorateurs en herbe et que donc, il faut agir en tant que tel.

On apprend donc à son bout’chou à savonner ses mains de la paume au bout des ongles en passant par les doigts le tout en comptant jusqu’à trente. Avec lui s’il ne sait pas encore compter, ce sera aussi l’occasion pour lui d’apprendre. A chaque fois qu’il rentre à la maison, lorsqu’il sort des toilettes, après chaque repas, s’il touche un objet sale ou un animal. Autant d’occasion de faire une halte dans la salle de bain.

Aime tes dents, lave-les !

Dès les toutes premières dents, il est bon d’habituer bébé à un brossage régulier. Deux fois par jours, au moins. Ensuite il s’habituera peu à peu à avoir une brosse à dent entre les mains. Une première façon pour lui de se familiariser avec cet objet qu’il devra utiliser après chaque repas. Une fois n’est pas coutume, le modèle parental reste le plus important aux yeux de bébé. Se brosser les dents en même temps que lui rendra ce passage tout aussi ludique. Certains utilisent un sablier pour amuser les enfants et les contraindre -sans qu’ils s’en aperçoivent réellement- à se brosser les dents suffisamment longtemps. Il faut également lui expliquer que ce lavage est primordial pour éliminer les bactéries et surtout éviter les vilaines caries.

Après la toilette, les toilettes

Dès ses 15 mois, il commençait son apprentissage de la propreté, en quelques mois il passe ainsi progressivement des couches au pot, puis du pot aux toilettes. Si toutes les mamans ont droit au merveilleux « mamaaaaaaaaan j’ai fini » il est désormais de rigueur qu’il s’essuie convenablement tout seul. Entre sa quatrième et sa cinquième année, il apprend l’essuyage de ses parties intimes d’avant en arrière. Il apprend également à tirer la chasse et à filer directement se laver les mains.

En général, c’est entre 3 et 4 ans que l’enfant doit être propre. Selon Françoise Dolto, l’apprentissage intervient « à partir du moment où un enfant est capable de monter et descendre une échelle tout seul, une échelle de ménage, jusqu’à la dernière marche » selon la pédopsychiatre, son système nerveux et désormais constitué de façon à ce qu’il puisse être propre et attentif. Dans un monde parfait, les enfants seraient tous propre dès leur entrée en maternelle, mais ce n’est pas toujours le cas. Alors on fait preuve d’indulgence, et on allonge la période d’essai. On laisse aux têtes blondes entre la première et la dernière section de maternelle pour être propre.

Tout beau tout propre, dès 5 ans bébé n’en est plus un. Il commence à devenir grand, au plus grand désespoir de ses parents qui souhaitaient le chouchouter ad vitam aeternam. Mais non, lui apprendre à se débrouiller tout seul est une véritable consécration pour le bout’chou. Consécration de diverses expériences depuis la toute petite enfance. Il sait désormais que si ses parents disparaissent de son champ de vision, cela ne l’empêche en rien d’exister, de penser et surtout d’agir. Bêtises en tout genre faisant foi…