Strabisme du bébé : quand doit-on s’inquiéter ?

PARTAGER

La plupart des nourrissons présentent à la naissance des signes de strabisme, en général passagers et donc peu inquiétants. Si le phénomène perdure après les quatre premiers mois, le recours à un ophtalmologiste est primordial : bénin s’il est pris en charge rapidement, le strabisme peut devenir bien plus problématique avec le temps.

Affronter le strabisme de bébé droit dans les yeux

Le strabisme de bébé est un phénomène qui touche environ 5  % des enfants, sans différenciation entre fille et garçon.

Le strabisme de bébé est en grande partie héréditaire : la probabilité d’être atteint pour un enfant est d’environ 50 % si un des membres de la famille développe déjà un strabisme.

On parle de strabisme lorsque les axes des deux yeux ne sont pas parfaitement parallèles. On différencie :
– strabisme convergent (œil tourné vers l’intérieur)
– strabisme divergent (œil tourné vers l’extérieur).

Strabisme de bébé : quand s’inquiéter si bébé louche?

Le strabisme du bébé se soigne très bien s’il est pris en charge à temps. Il est donc primordial de réagir le plus tôt possible.

Le strabisme peut se déclarer durant les trois premières années, à n’importe quel moment et peut parfois se détecter dès les premiers regards. Il ne devient vraiment inquiétant que s’il perdure après le quatrième mois.

Jusqu’à deux ans, le bébé forme sa vision binoculaire, c’est-à-dire l’emploi simultané de ses deux yeux, mais sans avoir besoin de netteté dans sa vue. Aux alentours de la troisième année (et de l’entrée en maternelle), l’enfant peut avoir besoin de lire ou de se concentrer, ce qui nécessite plus de précision. Le strabisme peut se déclencher à ce moment là.