Problème de garçons : quand les testicules ne descendent pas…

PARTAGER

Traiter un testicule non descendu : témoignage

L’échographie est plus ou moins performante pour déceler un testicule non descendu, cela dépend où il se situe. En gros, plus il est haut (près des reins), plus il se voit. Les parents du petit Lucas, 15 mois aujourd’hui, racontent : « à la maternité, on nous avait signalé que le testicule droit de Lucas était en haut. Vers ses deux mois, notre pédiatre n’était pas sûr de le sentir au toucher et nous a donc prescrit une échographie. Au cours de celle-ci, l’échographiste n’a pas vu de testicule à droite : nous ne savions donc pas s’il était inexistant ou simplement caché, et la différence est de taille ! Nous n’étions pas rassurés, jusqu’à ce qu’un chirurgien fasse une 2e écho et nous dise qu’il le voyait parfaitement…»

Contrairement au passé, où on attendait parfois jusqu’à la puberté, on opère maintenant souvent les enfants avant un an : à cet âge les couches protègent les cicatrices, les bébés ne sont pas encore très mobiles – ils ne marchent pas – et donc risquent moins de tirer sur les cicatrices, et enfin ils ont moins conscience de ce qu’il se passe. On attend un peu (pour voir si le testicule descend naturellement) mais pas trop, pour ne pas risquer l’altération du testicule.

«A 7 mois Lucas est entré à la clinique un matin à 8h, s’est fait opérer à 10h pour sortir du bloc une heure après. Après deux heures de récupération nous sommes rentrés à la maison. Cette opération sous anesthésie générale ne lui a laissé que deux toutes petites cicatrices, l’une au-dessus de l’aine, suturée aux fils résorbables, et l’autre sur la bourse, pansée avec des Steri strip. Elles seront invisibles à l’âge adulte, perdues dans les poils. Aujourd’hui, je pense que Lucas n’a aucun souvenir de cet épisode ».