Sein ou biberon : Comment choisir ?

PARTAGER
bébé biberon

Vous avez peut-être déjà fait votre choix tout naturellement avant même l’arrivée de bébé. Si ce n’est pas le cas, voici quelques clés pour faire le choix qui vous correspond le mieux.

Pendant neuf mois, vous en avez entendu des vertes et des pas mûres. Entre votre conjoint qui a son avis sur la question (et c’est bien normal), vos copines déjà mamans qui croient tout savoir, et votre mère qui prêche la bonne parole… Vous êtes certainement submergée de « pour » et de « contre », mais avant toute chose : Qu’est-ce qui vous convient, à vous ?

Au fil des années, la tendance a chaviré de l’un à l’autre. Qui dit émancipation féminine dit biberon, plus pratique, et plus adapté à la carrière des mères. Aujourd’hui, la tendance bio, couplée du discours du corps médical, penche en faveur de l’allaitement et du retour au tout-naturel. Résultat : les femmes sont plus nombreuses à choisir le sein, mais cette question (épineuse !) doit rester votre choix.

L’allaitement

Le corps médical est unanime : le lait maternel est spécialement adapté aux besoins nutritifs du nouveau-né, c’est donc pour beaucoup de médecins le meilleur aliment. Sa composition s’adapte à l’âge et au développement du bébé, ce qui est particulièrement bénéfique dans le cas d’une naissance prématurée. Sa composition protège également bien l’enfant contre les infections éventuelles, les allergies.

L’allaitement est fait pour vous, si…

  • Vous voulez favoriser une alimentation 100% naturelle. Quand on allaite, on sait exactement ce qu’on donne à son bébé ! C’est évidemment l’option la plus naturelle.
  • Vous voulez instaurer une connexion privilégiée avec bébé. L’allaitement au sein, c’est une expérience toute particulière à partager avec son bébé, qu’on ne peut pas retrouver de la même manière en choisissant le biberon.
  • Nourrir au sein, c’est aussi bon pour votre corps ! Dame nature a tout prévu, on dirait… L’allaitement favorise le retour à la normale de l’appareil génital, puisque la tétée provoque des contractions utérines qui aident l’utérus à se rétablir.

L’allaitement est à éviter, si…

 

  • Vous considérez que votre poitrine a un rôle érotique et non nourricier. En allaitant, vous acceptez de donner à vos seins le rôle de mamelle nourricière… ce qui peut être perturbant au sein du couple, aussi bien pour votre partenaire que pour vous. A discuter à deux, donc.

 

  • Vous ne supportez pas l’idée d’avoir des tâches de lait sur votre chemisier et autre changement de bonnet impromptu. Car en choisissant d’allaiter, c’est aussi la porte ouverte à l’imprévisible !

 

  • Vous voulez connaître la quantité exacte de lait que vous donnez à votre bébé. Car en allaitant au sein, on ne peut rien mesurer ! Bien sûr, avec un peu d’expérience, on trouve vite ses repères, mais rien d’aussi gradué qu’avec un biberon.

Peut-on vraiment concilier activité professionnelle et allaitement ?

Question épineuse… en effet, le monde du travail n’est globalement pas très adapté aux mères qui allaitent. Passé le cap du congé maternité, une solution existe : tirer son lait, et confier des biberons à la personne en charge de votre nourrisson. Autre solution : opter pour l’allaitement quand vous êtes avec votre bébé, passer au biberon de lait infantile quand vous êtes au travail.

Combien de temps dois-je allaiter ?

L’OMS recommande l’allaitement pendant les six premiers mois de la vie. Mais rien n’est obligatoire, et si vous décidez d’allaiter, vous pouvez passer au biberon à tout moment, selon votre souhait. Alors que certaines femmes allaitement dans les premières semaines pour immédiatement passer à un lait infantile, d’autres allaitent jusqu’à ce que leur enfant passe à une alimentation diversifiée, sans passer par la case biberon. A vous de décider !

Et mes seins, dans tout ça ?

On entend souvent que l’allaitement abime la poitrine. Erreur ! Bien souvent, ce n’est pas l’allaitement qui a cet effet, mais bien la grossesse. Pendant neuf mois, la poitrine connait une augmentation de volume… puis une diminution. Quand on choisit d’allaiter, cette diminution ne survient pas tout de suite, et de manière moins brusque ! Mais une fois de plus, on ne peut rien prédire : chaque femme est différente.

Le biberon

Le lait infantile, peu fiable ?
Loin de là : les progrès réalisés par la recherche permettent aujourd’hui de nourrir son bébé au biberon en toute tranquillité. Leurs propriétés nutritives sont de plus en plus proches de celles du lait maternel.
De plus, une loi oblige les fabricants  à suivre un cahier des charges très strict pour s’adapter au mieux aux besoins des nourrissons.

Le biberon est fait pour vous (ou plutôt, pour votre bébé), si…

  • Vous souhaitez connaître les quantités exactes de lait consommé par votre bébé. En effet, rien de mieux qu’un biberon gradué pour suivre avec précision l’alimentation de votre enfant : quantités et composition, vous savez tout.
  • Il est important à vos yeux que le moment privilégié de la tétée ne soit pas réservé à la mère, mais que le papa puisse en profiter aussi. Le biberon peut être donné par quelqu’un d’autre que la mère !
  • Votre bébé est intolérant aux protéines de lait. Plus fréquent qu’on ne le croit chez les nourrissons, ce petit souci peut être solutionné grâce aux laits infantiles à base de sojas qu’on trouve maintenant dans le commerce.
  • Vous ne voulez pas vous compliquer les journées. Le biberon, c’est quand même plus simple que le sein pour planifier ses journées.

Le biberon est à éviter, si…

  • Vous rêvez d’une relation fusionnelle avec votre bébé, et que le peau à peau est pour vous un élément indissociable de la relation mère-enfant à venir.
  • Vous avez plus confiance dans votre lait que dans celui qui vient d’une bouteille ! Même si les laits infantiles sont maintenant très fiables, certaines mamans préfèrent la solution 100% nature.

Si je commence par le biberon, c’est trop tard pour changer d’avis ?

S’il est possible à tout moment d’arrêter de donner le sein pour passer au biberon, l’inverse est très difficile, même au bout de quelques jours. Alors un conseil, si même le jour J vous ne savez pas sur quel pied danser, essayer le sein… quitte à changer d’avis sur le champ.

Qu’en dira-ton ?

La naissance de votre bébé ne fera pas taire ceux et celles qui croient tout savoir mieux que vous ! « Les biberons ? C’est plein de cochonneries. » « Il a toujours faim ? Ton lait n’est pas assez nourrissant. » Ne laissez pas votre entourage remettre en question votre choix. La pression est suffisamment forte pour ne pas donner raison aux mères parfaites qui ont un avis sur tout ! Et quand on fait un choix pour l’alimentation de son bébé, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Simplement, plusieurs options, et celle que vous choisirez sera la meilleure pour vous et votre enfant. Faites-vous confiance…